MAGNIFICAT


MAGNIFICAT
MAGNIFICAT

MAGNIFICA

Le magnificat est un cantique liturgique chanté quotidiennement à l’office des vêpres, sur le texte latin Magnificat anima mea Dominum ... (Mon âme exalte le Seigneur ...) d’après l’évangile de saint Luc (I, 46 à 55). Il s’agit du cantique de la Vierge Marie Canticum beatae Mariae Virginis quod vulgo Magnificat inscribitur ou Canticum der Vesper en Allemagne.

Au XVe siècle, avec l’école dite franco-flamande, la composition dépasse le cadre strictement monodique et liturgique; elle est traitée polyphoniquement avec, éventuellement, une intonation monodique confiée à l’officiant. Elle devient un genre musical au même titre que les passions, par exemple, avec les magnificats de John Dunstable, de Gilles Binchois, de Guillaume Dufay.

Au XVIe siècle, la forme (catholique) est développée notamment par Roland de Lassus, en Italie par Giovanni Pierluigi da Palestrina et par Claudio Monteverdi. En France, les imprimeurs parisiens publient de nombreux magnificats latins, entre autres ceux de Jean Mouton, de Claudin de Sermisy, de Jacques Arcadelt, de Pierre Certon, de Claude Goudimel.

Lors de la Réforme, en France et en Suisse, le magnificat fait l’objet de paraphrases en langue vernaculaire, versifiées et rimées, en particulier en 1546, par Du Plessis: Mon âme loue et magnifie/Le Seigneur qui te vivifie , sur la mélodie de Antoine de Mornable qui s’inspire de la psalmodie du premier ton. Ce texte figure aussi, avec une autre mélodie, dans le recueil strasbourgeois de 1548. En 1555, la paraphrase devient Le Cantique de la Vierge Marie : La Vierge dit: Mon âme magnifie/Le Seigneur Dieu en qui elle se fie... ; elle se trouve à la fin du recueil de psaumes de Jean Poitevin (sur la mélodie de Philibert Jambe de Fer, Lyon, 1555). Enfin, en 1595, dans les Saincts Cantiques de Théodore de Bèze, le numéro 15, intitulé Cantique de la bienheureuse Vierge Marie (Luc, I, 46), débute ainsi: C’est le Seigneur duquel le nom tant magnifique/Mon âme va chantant, c’est mon Sauveur unique ... (mélodie anonyme). De nos jours, ces textes ne sont plus en usage dans l’hymnologie réformée.

Lors de la Réforme en Allemagne, la pratique de l’alternance entre l’orgue et le chœur (Alternatim Praxis ) s’applique aussi au Magnificat allemand de Martin Luther, Meine Seele erhebt den Herrn , qui paraît dans le Zwickauer Gesangbuch de 1525 (Recueil de Zwickau ), et déjà en 1524, à Strasbourg, avec la mention Der Lobgesang Marie der Jungfrauen . Au XVIIe siècle, Heinrich Schütz traite le Canticum der Vesper en allemand et en latin: en 1647, dans ses Symphoniae sacrae , en 1657, dans ses Zwölf geistliche Gesänge , et dans son chant du cygne, en 1671, en y incluant la Doxologie . Par cette vaste composition, il ouvre la voie au magnificat latin de Jean-Sébastien Bach.

Au XVIIIe siècle, la forme évolue encore et comprend une introduction orchestrale, des versets répartis entre les différentes voix (solistes, voix groupées) et le chœur. Le Magnificat de Jean-Sébastien Bach composé en 1723, remanié en 1730, marque l’aboutissement de la forme. En 1749, Carl Philipp Emanuel Bach compose, lui aussi, un magnificat.

Comme l’organiste espagnol Antonió de Cabezón ou l’Italien Girolamo Frescobaldi, les organistes allemands cultivent la forme, par exemple Johann Christoph Bach, qui la traite à plusieurs voix et en imitation; Jean-Sébastien Bach s’en souvient dans ses Schübler Choräle . Plus proche de nous, en France, Jean Langlais insère un magnificat dans son Livre œcuménique (1968).

Le magnificat latin, monodique, liturgique à l’usage catholique, puis français et allemand dans le sillage de la Réforme, appartient d’abord au patrimoine cultuel et hymnologique; il devient polyphonique au XVe siècle, se développe au XVIe siècle; depuis l’élargissement de la forme aux XVIIe et XVIIIe siècles, délaissant le cadre limitatif des vêpres, il s’insère finalement dans le répertoire des concerts spirituels.

magnificat [ maɲifikat; magnifikat ] n. m. inv.
• v. 1300; mot lat., du cantique Magnificat anima mea Dominum « mon âme magnifie le Seigneur »; de magnificare
1Cantique de la Vierge Marie qui se chante aux vêpres.
2Musique composée sur le texte du magnificat. Le Magnificat de Bach.

magnificat nom masculin invariable (latin magnificat) Cantique de la Vierge Marie chanté aux vêpres ; musique composée sur ce cantique. ● magnificat (difficultés) nom masculin invariable (latin magnificat) Prononciation [&ph97;&ph85;&ph93;&ph90;&ph93;&ph95;&ph85;&ph104;], en prononçant -gn- comme dans magnifique, ou [&ph97;&ph85;&ph91;&ph98;&ph93;&ph90;&ph93;&ph95;&ph85;&ph104;], en articulant séparément le g et le n, comme dans agnostique : mag-nificat. Orthographe Au sens de « cantique de la Vierge Marie chanté aux vêpres, commençant par le mot latin magnificat », avec une majuscule et invariable : chanter le Magnificat. Au sens de « morceau de musique composé pour le Magnificat », avec une minuscule : un magnificat du XVIIe siècle. - Plur. : des magnificats.

magnificat
n. m. inv.
d1./d LITURG CATHOL Cantique de la Vierge Marie à l'Annonciation.
d2./d MUS Musique sur le texte du Magnificat.

⇒MAGNIFICAT, subst. masc.
A.LITURG. CHRÉT. Cantique que l'Évangile de Luc met dans la bouche de la Vierge Marie après la salutation de sa cousine Élisabeth et qui se chante aux Vêpres du rite catholique, à l'Office du matin des rites byzantin et syrien, ainsi qu'à l'occasion de certaines cérémonies d'action de grâce. Chanter, entonner le Magnificat. Au Magnificat, les orgues semblèrent lui faire une réponse qui lui fut apportée par les vibrations de l'air (BALZAC, Langeais, 1834, p. 201). Tout le peuple en lui s'assemble pour le Magnificat à l'heure de Vêpres où le soleil prend mesure de la terre (CLAUDEL, Cinq gdes odes, 1910, p. 262).
[Ce cantique considéré plus partic. du point de vue musical] Magnificat en ré majeur (PIRRO, J.-S. Bach, 1919, p. 235):
1. ... cet hymne [le Te Deum] est autrement imposant, à Saint-Sulpice (...) et il en est de même du Magnificat Royal si majestueux et d'une autre ampleur que ces pauvres Magnificat, si maigres, si peu étoffés, du répertoire de Solesmes.
HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 259.
Expr. Corriger le Magnificat (à matines). Faire des critiques mal à propos, sans fondement:
2. Le curé du bourg ne vit pas son retour sans un tremblement, connaissant la Dorothée pour une de celles qui, selon le dicton, corrigeraient le Magnificat [it. ds le texte].
POURRAT, Gaspard, 1922, p. 167.
B.P. ext. Chant de reconnaissance. Cette hymne éternelle et tout intérieure (...) c'est le chant de cygne de M. de Tillemont: un Magnificat sans fin et tout de silence! (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 603).
En interj., iron. Magnificat! Je suis enfin malade moi-même (BLOY, Journal, 1906, p. 303).
Prononc. et Orth.:[]. LITTRÉ, DG, BARBEAU-RODHE 1930: [-gn-]; Pt ROB., Lar. Lang. fr.: [--]; MARTINET-WALTER 1973: 6/17 [--] mais 5/17 [-gn-]. Avec majuscule ds Ac., ROB., mais non ds LITTRÉ. Plur. inv. selon LITTRÉ, ROB., Lar. Lang. fr. Prop. CATACH-GOLF. Orth. Lexicogr. 1971 n° 123 des magnificats. LAFORGUE, Moral. légend., 1887, p. 215 et GONCOURT, Journal, 1889, p. 964: -s. Étymol. et Hist. 1310-40 (JEAN DE CONDÉ, Dit dou Magnificat, 69, éd. A. Scheler, t. 1, p. 357: Quant vint au magnificat dire). Lat. magnificat (3e pers. du sing. de l'ind. prés. de magnificare, v. magnifier), premier mot du chant d'action de grâce au Seigneur prononcé par la Vierge Marie en réponse à Élisabeth la saluant après l'Annonciation (Luc, I, 47-55). Fréq. abs. littér.:70.

magnificat [magnifikat] n. m. invar.
ÉTYM. V. 1300; mot lat. par lequel commence le cantique Magnificat anima mea Dominum « mon âme magnifie le Seigneur »; 3e pers. sing. indic. prés. de magnificare.
1 Liturgie cathol. Cantique de la Sainte Vierge Marie (Évangile selon saint Luc, I, 46-55) qui se chante aux Vêpres, et qui est précédé et suivi d'une antienne qui varie selon la fête du jour. || Entonner, chanter le Magnificat.
Par ext. || À Magnificat, au Magnificat : au moment où l'on chante ce cantique. || Arriver au Magnificat, très en retard (aux Vêpres).
2 Mus. Musique composée sur le texte du Magnificat. || Magnificat à quatre voix. || Le Magnificat de Bach.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Magnificat — • The title commonly given to the Latin text and vernacular translation of the Canticle (or Song) of Mary Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Magnificat     Magnificat      …   Catholic encyclopedia

  • Magnificat —   [lateinisch] das, (s)/ s, Magnifikat, neutestamentlicher Lobgesang (Canticum), den Maria, die Mutter Jesu, nach Lukas 1, 46 55 anlässlich ihres Besuches bei Elisabeth gesprochen hat; benannt nach dem ersten Wort der lateinischen Übersetzung des …   Universal-Lexikon

  • Magníficat — puede hacer referencia a: Magníficat, oración de la Iglesia católica, basada en palabras de María, madre de Jesús, citadas en el Evangelio; Magníficat, composiciones musicales que ponen música a esas palabras. Esta página de desambiguación… …   Wikipedia Español

  • MAGNIFICAT — secundum est ex tribus Euangelicis Canticis, quae in Ecclesia Romana in psalmodia recitantur. Cum enim Canticorum horum X. sint, septem eorum ex antiquo Testam. deprompta et per 7. hebdomadis dies ad Laudes distributa sunt: reliqua tria ex… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • magníficat — (Del lat. magnifĭcat, magnifica, alaba, primera palabra de este canto). m. Cántico que, según el Evangelio de San Lucas, dirigió al Señor la Virgen María en la visitación a su prima Santa Isabel, y que se reza o canta al final de las vísperas.… …   Diccionario de la lengua española

  • Magnificat — Magnificat, Anfang und Benennung eines Lobliedes der Maria (Luk. 1,46.). Das Magnificat von Durante hat sich einen bleibenden Ruhm erworben und ein neueres von B. Klein verdient ihn. –k …   Damen Conversations Lexikon

  • Magnificat — Magnificat, der Lobgesang Marias, Lucas 1, 46–55 (Magnificat anima mea, Dominum, den Herrn preist meine Seele); von vielen Meistern componirt …   Herders Conversations-Lexikon

  • magnificat — MAGNIFICÁT s. n. compoziţie muzicală polifonică, de forma unei cantate; cântec de slavă, punctul culminant într o misă. (< gern. Magnifikat, fr. magnificat) Trimis de raduborza, 15.09.2007. Sursa: MDN …   Dicționar Român

  • Magnificat — c.1200, from Latin third person singular of magnificare (see MAGNIFICENCE (Cf. magnificence)), from first words of the Virgin s hymn (Luke i:46, in Vulgate Magnificat anima mea dominum My soul doth magnify the Lord ) used as a canticle …   Etymology dictionary

  • magníficat — sustantivo masculino 1. Área: religión Según la Biblia, himno de acción de gracias a Dios que entonó la Virgen María en su visita a su prima Santa Isabel: El coro de niños de la abadía cerró la misa mariana con el magníficat …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española